Partager

 

L’initiative « Les Héros parmi nous » a été mise sur pied pour exprimer notre reconnaissance envers des personnes extraordinaires qui, au quotidien, font une véritable différence dans notre collectivité et qui remplissent toutes sans l’ombre d’un doute la mission de la fondation Miriam, qui est d’aider les personnes atteintes de troubles du spectre de l'autisme et de déficiences développementales à vivre une vie pleine et entière.

 

Les personnes mises en nomination – éducateurs, thérapeutes, porte-parole, collecteurs de fonds et gens ordinaires – méritent toutes d’être récompensées pour leurs efforts.

 

La réponse a été phénoménale et nous sommes ravis des nominations que nous avons reçues depuis l’affichage de cette initiative sur notre site Web.

 

Notre comité a dû se résigner à choisir cinq gagnants. Je suis honoré aujourd’hui de leur présenter un prix.

 

 

Notre première héroïne(représenté par Mme Graddon lors de la cérémonie), est Audrey Burt et nous la remercions pour les efforts qu'elle a déployés en vue de sensibiliser les membres de sa collectivité aux troubles du spectre de l'autisme et aux déficiences développementales.

 

Mme Burt est la mère d’un jeune garçon autiste et une enseignante au niveau secondaire. Après le diagnostic de son fils, elle s’est donné la mission d’accroître la sensibilisation aux troubles du spectre de l’autisme et de mettre sur pied des services de loisirs adaptés et gratuits afin de permettre aux enfants et à leur famille d’avoir une meilleure qualité de vie. Depuis les cinq dernières années, animée d’une passion pour la course à pied, Mme Burt amasse des fonds auprès des résidents de la rive sud de Montréal et de la communauté des coureurs en organisant une course pour les personnes atteintes de troubles du spectre de l'autisme. Malheureusement, Mme Burt ne peut être ici aujourd’hui, mais Mme Stephanie Graddon acceptera son prix en son nom.

 
     
 

Notre deuxième héroïne est Mme Leyla Korany.


Mme Korany pratique la médecine familiale. Elle est également la mère d’un enfant autiste. Cette année, alors qu’elle travaillait avec l’Université de Montréal à l’élaboration d’un programme d’études pour médecins résidents, elle a proposé que tous les médecins résidents suivent une formation obligatoire en matière de dépistage précoce des troubles du spectre de l’autisme. Or, ses efforts se sont traduits par une modification permanente du programme d’études. En élargissant les connaissances des médecins résidents, ces derniers reconnaîtront l’importance du dépistage précoce chez les enfants qui ne traversent pas normalement les stades de développement.

 

Nous voulons remercier Mme Leyla Korany, une mentore estimée, d’avoir donné aux étudiants le goût de faire carrière dans le domaine des troubles du spectre de l’autisme et des déficiences développementales.
 
     
 

Notre troisième héroïne est Mme Izabelle Mercier.


Mme Mercier est une éducatrice spécialisée à l'École Marie-Rivier, qui accueille près de 200 élèves de 4 à 21 ans atteints de troubles du spectre de l’autisme et de déficiences développementales.


Mme Mercier a participé à l’une des premières formations offertes sur la méthode TEACCH, créée en Caroline du Nord, en vue d’acquérir les connaissances nécessaires à la mise en œuvre de son projet.


Elle a participé à la création du tout premier groupe de prématernelle. Son dévouement infatigable a fait de ce projet une réussite totale et a contribué à la formation de nombreux éducateurs et enseignants sur le terrain.


Nous voulons remercier Mme Mercier d’être une éducatrice si formidable pour les élèves atteints de troubles du spectre de l’autisme et de déficiences développementales.
Elle est une fabuleuse éducatrice, enseignante et thérapeute pour les personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme et de déficiences développementales.

 
     
 

Notre quatrième héroïne est Mme Laurence Nadeau.


Mme Nadeau a un fils atteint d’un trouble du spectre de l’autisme qui est inscrit sur une liste d’attente depuis plus de deux ans. Comme de nombreux autres parents, Mme Nadeau et son mari ont fait appel à des services thérapeutiques privés dans le but de favoriser le développement de leur fils. Cependant, elle est allée plus loin que cela : elle voulait partager ses connaissances avec le grand public et a utilisé ses talents et sa formation de journaliste pour aider les gens à comprendre les besoins des familles d’aujourd’hui. Elle a rédigé plusieurs articles qui ont été publiés dans des journaux locaux et elle est également active sur le Web et dans le monde des médias sociaux pour tenter d’accroître la sensibilisation et de motiver les gens à faire une différence.

 

Nous remercions énormément Mme Laurence Nadeau qui, en tant qu’activiste communautaire, a grandement contribué à accroître la sensibilisation aux troubles du spectre de l’autisme et aux déficiences développementales.
 
     
 

Notre dernière héroïne, mais non le moindre, est Mme Lenore Vosberg.


Il y a vingt ans alors qu’elle était travailleuse sociale, Mme Vosberg remarquait que nombre de ses clients avaient des talents artistiques qu’elle voulait mettre en valeur. Elle pensait qu’en vendant leurs œuvres, elle pourrait amasser des fonds visant à améliorer la qualité de vie de ses clients qui avaient besoin d’une aide financière. Elle a joint Dr Stephen Snow à qui elle a confié son rêve, et de là est né le Centre de développement humain par les arts de l’Université Concordia. Elle soutient maintenant de nombreuses personnes qui ont terminé le programme et les incite à participer à des expositions, des spectacles et des pièces de théâtre qu’elle produit et qui mettent en scène des personnes atteintes de troubles du spectre de l’autisme et de déficiences développementales. Elle est également une collectrice de fonds infatigable pour le Centre.

 

Nous voulons remercier Mme Lenore Vosberg, une activiste communautaire qui, par sa passion et son dévouement, a contribué à faire une différence dans de si nombreuses vies.